Tu prends la première rue à droite…

Tu prends la première rue à droite,

tu longes le bord du champ de maïs,

tu descends en direction de la forêt,

tu la traverses pendant dix minutes sur le chemin étroit de randonnée,

à la sortie, tu arrives en plein rassemblement de coquelicots,

tu te mets à genoux,

tu leur parles doucement, tendrement,

comme un coq amoureux lisant un texte d’un poète au nom de Cô,

« coq lit Cô »,

un parfum de poésie t’entoure,

quatre pétales rouges par fleur se tournent vers toi, lentement, posément,

tu accueilles leur sourire,

elles baissent légèrement la tête pour te remercier,

jusqu’au coucher du soleil tu continues de leur raconter des histoires d’autres fleurs rouges,

puis, tu les caresses avec tes avant-bras,

avant le lever de la pleine lune,

impossible de les quitter,

tu deviens coquelicot.

Bruno
(écrit en atelier)